La vaine attente de Nadeem ASLAM

 

 

Aujourd'hui, c'est l'Afghanistan qui est à l'honneur, avec La vaine attente de Nadeem ASLAM.

 Ce roman embrasse la tumultueuse diversité culturelle qui fourmille en Afghanistan. Mais aussi l'horreur de la guerre, n'omettant aucun détail, aboutissant à une violente confrontation à la réalité crue du terrain. Il faut avoir le cœur bien accroché...

À travers les histoires personnelles de Marcus, David, Lara, et Casa, l'auteur se propose de mettre à plat les motivations et les passions de chacun pour comprendre la difficulté d'avoir un pays apaisé. Anglais, Américain, Russe ou Afghan : quatre protagonistes pour quatre nationalités différentes indissociables de l'Afghanistan, et une approche plurielle d'un pays à l'Histoire complexe.

On se retrouve donc à suivre la quête des disparus, légions dans un pays ravagé par les conflits. Marcus, amputé de sa femme et de sa fille, victimes du régime des talibans, espère encore retrouver son petit-fils, Bizhad.  Au sein de sa maison, oasis de paix relativement préservée dans une contrée périlleuse, il accueille ceux qui ont besoin d'aide et de réconfort. David, espion américain, déchiré par la violence de ses choix dus à son travail et ancien amoureux de sa fille le soutien et veille sur lui. Lara, veuve et sans famille, y trouve aussi refuge. Elle arrive portée par l'énergie du désespoir de Russie, à la recherche de réponses. Que lui cache-t-on sur la disparition de son frère, soldat envoyé en Afghanistan des années auparavant ?

Les réponses aux questionnements de chacun se trouvent dans l'histoire de ce pays. Impossible stabilité pour une contrée en guerre permanente. En guerre contre les anglais, contre les soviétiques puis avec la présence des soldats américains, avec toujours les talibans soit au pouvoir soit en menace de fond, la sérénité n'est pas de mise. Ces tensions sans fin sèment la déroute, et laissent couver et exploser rancœur et idées de vengeance à beaucoup d'Afghans, dépossédés de leur identités. Terrain rêvé pour les extrémistes musulmans, qui n'ont qu'à se baisser pour ramasser de nouvelles recrues. 

En suivant aussi le parcours d'un jeune taliban, l'auteur met l'accent sur la manipulation religieuse, avec l'interprétation orientée et abusive du Coran qui débouche sur un islam radical et terroriste . Avec pour terrible conséquence de la force de cette radicalisation, la foi saine des musulmans étouffée et presque niée.

Au milieu de ce carrefour explosif, tout le monde tente de s'en sortir et de trouver une ligne directrice personnelle capable de faire avec les horreurs du quotidien. Un fil rouge à ne lâcher sous aucun prétexte, sous peine de sombrer. Des tentatives pour vivre et survivre souvent désespérées, portées par la peur, par le vide intérieur qui les ronge et qui voudrait tant être comblé, mais aussi par l'acceptation des risques et l'importance malgré tout de rester dans ce pays redoutable. Au nom de convictions personnelles ou pour protéger les libertés dans un univers sans pitié.

 Marcus, David, Lara et Casa.

 Des petites histoires au sein de la grande Histoire, bien insignifiantes mais intensément révélatrices du chaos de l’Afghanistan. Et de ces tragédies ressort une infinie pitié pour ces destins ravagés, et ces vies meurtries. Alors pour ne pas oublier l'enfer de leur quotidien, surtout en cette période où l'actualité est brûlante dans ce pays, lisez ce livre !

 

Les références du livre :

Nadeem ASLAM, traduit par Claude DEMANUELLI, La vaine attente, Points, Août 2010, 474 p.

 

                                                                          

                                                 

Envie de découvrir d'autres coups de cœur 😍 ? Et d'être prévenu d'une prochaine chronique ?
c'est ici !  




 

 

 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

American Dirt de Jeanine CUMMINS et La brodeuse de Winchester de Tracy CHEVALIER

Mes nuits sauvages, de Sylvie PERENNE

Le bonheur est au fond du couloir à gauche de J. M. ERRE