Sémi, de Aki SHIMAZAKI

 


 Un roman si épuré et si léger qu'on croirait presque lire une nouvelle ! On entre avec délicatesse dans cette histoire qui se construit à pas mesurés. Les petits chapitres se parcourent paisiblement, invitant à la réflexion.

 Une histoire douce et fragile de prime abord : Fujiko, atteinte de la maladie d'Alzheimer, soixante seize ans dans le corps mais vingt ans dans la tête, oublie un matin l'identité de celui qui partage sa chambre, son mari depuis presque quarante ans. 

Lorsque pour l'apaiser, l'infirmière le présente comme son fiancé, Tetsuo est troublé et se remémore leur vie passée. Et regarde - enfin ! - d'un œil neuf son épouse semblant si détachée de lui. Puis l'histoire prend une tournure plus douloureuse quand on comprend que leur histoire n'est pas si lisse qu'elle n'y paraît. 

Alors qu'il cherche à retrouver sa place à ses côtés, on ne peut s'empêcher de se demander s'il l'a jamais prise ? 

Qu'est-ce qui les relie au final ? Une vie entière passée à se croiser, lui dévouant son temps à son travail, elle attentive à ses beaux-parents et à leurs trois enfants... et puis ensuite, la maladie. Lorsque sa femme laisse échapper un secret sidérant, il devine que ce n'est pas la maladie qui l'égare. Et saisit sa chance de comprendre enfin Fujiko.

On s'émeut devant la solitude qui peut exister au sein des couple et devant la fragilité des choses que l'on tient pour acquises. Est-il possible de corriger le tir après tant d'années et  malgré la maladie ? Le fossé creusé par l'aimable indifférence et le sens du devoir n'est-il pas devenu infranchissable ? 

Un roman sur la prise de conscience de l'autre, sur les regrets, et surtout un roman sur la vie, avec ses hauts et ses bas, et qui jusqu'au bout reste pleine de surprise !

Laissez-vous apprivoiser par cette histoire pleine de pudeur au charme japonais qui propose une variation sensible autour du couple, ainsi qu'une rafraichissante façon de considérer Alzheimer !


À savoir : Ce roman fait partie d'un nouveau cycle de l'auteur, le premier de la série est Suzuran, et met en scène une des filles de ce couple, Anzu. Chaque histoire peut se lire indépendamment des autres, à votre convenance !

Petit plus : l'auteur étant francophone, ce livre n'est pas une traduction ! 


 Les références du livre :

Aki SHIMAZAKI, Sémi, Actes Sud, mai 2021, 150p.

 

 

                                                                      

                                                 

Envie de découvrir d'autres coups de cœur 😍 ? Et d'être prévenu d'une prochaine chronique ?
c'est ici !  



 




Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

American Dirt de Jeanine CUMMINS et La brodeuse de Winchester de Tracy CHEVALIER

Mes nuits sauvages, de Sylvie PERENNE

Le bonheur est au fond du couloir à gauche de J. M. ERRE