Le roi des ombres d'Eve de Castro

 


Découvrez cette longue et flamboyante confession qui revient sur plusieurs années de vie, et nous fait voir au  plus près la face cachée de Versailles : un grand écart étourdissant entre ceux qui dominent et ceux qui subissent !

 Pour armer le jeune comte de Cholay de 13 ans  - jamais sorti de sa campagne natale -  avant son entrée à la cour du roi, son ami et précepteur Ange Lacarpe lui conte ce qu'il n'a jamais su, d'où il vient, et ce qui l'attend.

Âmes sensibles s’abstenir. Dans ce monde impitoyable, il fait bon avoir de la ressource pour s'en sortir, et ne pas flancher devant les douleurs et les peines. Voici donc une épopée sombre et foisonnante mais dont on suit les rebondissements avec passion ! 

Tout y est décrit avec minutie et talent. L'écriture est somptueuse, le récit dramatique et captivant. On est instantanément plongé dans l'époque avec d'une part l'ambiance de la cour : robes, perruques, musique, chasse et diverses affaires de cœur ; les intrigues, les lubies du roi ; mais aussi et surtout, opposées à cette insolente opulence, les terribles conditions de vie du petit peuple : la maladie, la pauvreté, l'indigence et la déchéance de ceux qui œuvrent en coulisse pour un Versailles étincelant, toujours plus beau et toujours plus grand. 

Au milieu de tout cela, des personnages qui ont la rage au ventre. Entre autre, Baptiste le Jongleur qui, pauvre mais malin, charmeur et plein de ressources, ambitionne de devenir fontainier du roi, et de sortir sa famille du malheur et de la misère, quel qu'en soit le prix ; mais aussi le personnage de Nine de Vienne, pugnace et - presque - inébranlable. Poussée par le besoin comprendre le monde qui l'entoure, elle saisit sa chance, devient perruquière et glane en passant toutes les connaissances utiles à la médecine afin de devenir chirurgien.

 Il ressort une grâce subtile de ces personnages dont la simple humanité nous va droit au cœur, bien loin de l'hypocrisie générale de la cour. Et cette délicatesse lumineuse donne un éclat particulier à ce roman, et nous fait traverser les aléas de leur vie sans (trop) fléchir.

Dans cette prodigieuse description de ce microcosme entourant Versailles, les détails fourmillent, on a la sensation de toucher à tout, il s'agit d'une totale et incroyable immersion dans le XVIIe siècle ! On vit le dénuement, la roublardise, la peur au quotidien, mais aussi on pénètre dans les pensées secrètes du roi, de Monsieur ; on côtoie Lully et Le Nôtre ; on découvre  un terrifiant jeu de pouvoir dans un monde sans concession où il s'agit de tirer son épingle du jeu, que l'on soit bien né ou pas.

Sans mentir, il y a du Zola dans la description si réaliste d'Eve de Castro de la condition humaine !

Une fresque formidable à ne pas manquer, à condition d'avoir le cœur bien accroché ! Bonne lecture !

 

 

Les références du livre : 

Eve De Castro, Le roi des ombres,  Pocket, 2014, 524 p.

 

                                                             

                                                 

Envie de découvrir d'autres coups de cœur 😍 ? Et d'être prévenu d'une prochaine chronique ?
c'est ici !  

 





 


 

 

 












Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

American Dirt de Jeanine CUMMINS et La brodeuse de Winchester de Tracy CHEVALIER

Mes nuits sauvages, de Sylvie PERENNE

Le bonheur est au fond du couloir à gauche de J. M. ERRE